Découvrez les chercheurs : Bruno Jourdain

GLACES_brunoJe m’appelle Bruno et j’étudie la chimie de l’atmosphère en Antarctique (j’aspire de l’air et je regarde ce qu’il contient !), et parfois aussi j’analyse de la neige et de la glace (que j’ai ramassées auparavant sur l’Antarctique). Ça nous donne plein d’informations sur les liens qui existent entre l’atmosphère, l’océan austral, et le climat. A côté de ça, j’aime bien aussi regarder les animaux (surtout les manchots. Mais aussi les autres). Je fais plein de photos.

Je passe beaucoup de temps en Antarctique depuis 1997, en été surtout, et parfois en hiver. Parfois c’est un peu dur, mais souvent c’est magique ; on apprend beaucoup de choses, on voit et on vit des moments inoubliables. C’est un grand privilège de pouvoir aller dans les régions polaires, alors ça me parait normal d’essayer de partager tout ça. Et je préfère le partager avec les enfants plutôt qu’avec les « grandes personnes », alors je suis content de participer aux savanturiers des glaces…

Découvrez les chercheurs : Renaud Gomez

Renaud Gomez
Je m’appelle Renaud Gomez et je suis passionné par les régions polaires. Je m’intéresse plus particulièrement à l’immense océan qui entoure le pôle sud: l’océan Austral. J’ai eu la chance d’y partir plusieurs semaine sur un bateau océanographique pour étudier la pollution humaine directement sur le terrain. Au cours de mon voyage j’ai croisé des manchots, des albatros et des éléphants de mer !
En 2015-2016, j’ai été le parrain de la classe de 4ème d’Emilie Garing du collège Rudolph Steiner de Verrière-Le-Buisson.

Découvrez les chercheurs : Sophie Schiavone

Sophie Schiavone

Je m’appelle Sophie Schiavone, je suis géographe et je travaille sur l’effet du climat sur un glacier polaire au Spitsberg (proche du Pôle Nord !). En allant sur place récolter des données (température, neige, …), j’essaye de comprendre pourquoi certaines années il grossit (comme en 2014) alors que la plupart du temps il se retire. J’aime la recherche car je suis très curieuse et que j’apprends tous les jours des choses. Ce travail me permet de voyager et de rencontrer des gens passionnés et passionnants. C’est un beau métier avec lequel on ne s’ennuie jamais !

Je voulais participer aux Savanturiers car j’aime partager et raconter ce que je fais, je suis passionnée par ce monde polaire hostile mais fascinant ! Je veux transmettre mes connaissances scientifiques et mon expérience en Arctique. Cela est également pour moi l’occasion de sensibiliser les nouvelles générations au changement climatique.

Découvrez les chercheurs : Karine Heerah

Karine Heerah

Je suis spécialiste de l’écologie des mammifères et oiseaux marins en Antarctique. Plus particulièrement, je m’intéresse à « l’écologie alimentaire » de ces espèces. Et pourquoi ça ? Pour survivre et se reproduire les animaux doivent trouver la nourriture adéquate à leurs besoins dans un environnement particulièrement extrême. Mon travail est donc de comprendre quelles sont les zones qui sont les plus favorables pour les animaux. Par exemple, où vont-ils ? Est-ce que c’est une zone profonde ? Quelles y sont les conditions de glace ? Que mangent-ils dans ce coin-là ? Une fois que j’ai accès à ces données, je peux aussi essayer de prédire comment les changements climatiques impacteront les individus et l’espèce concernée. La recherche c’est pour moi un métier où je peux apprendre tous les jours en me posant pleins de questions et en essayant de trouver les réponses. J’aime aussi le fait de beaucoup voyager et bien sûr d’aller en Antarctique pour voir mes animaux fétiches !

Mon rêve de biologie marine et de pôles a commencé pour ne plus s’arrêter en classe de CM2. Participer à l’aventure des savanturiers des glaces c’est pour moi l’occasion de pouvoir partager une passion, des connaissances avec les plus jeunes qui sont la génération de demain. Et pourquoi pas… nourrir ou aider à créer d’autres rêves et vocations !

En 2015-2016, j’ai été la marraine de la classe de CM1-CM2 de Soledad Maessian de l’école primaire de Burie.

J’ai échangé avec Soledad par mail et nous avons pu organisé un Skype en Décembre afin de discuter de ce sur quoi nous pourrions travailler sachant que je suis biologiste et l’intérêt de ses élèves. J’ai envoyé une présentation aux élèves afin de me présenter mais je n’ai pas eu de contact direct avec eux. Nous pensions, étudier l’impact de changements des conditions de glace sur une ou plusieurs espèces d’oiseaux/mammifères marins à Dumont D’Urville. J’ai proposé à Soledad plusieurs approches, outils bibliographiques, expériences et rendus possibles.

Découvrez les chercheurs : Elsa Gautier

Elsa Gautier

Je suis  glaciologue et m’intéresse à l’évolution climatique. Pour cela, j’observe les carottes de glace qui ont enregistré le volcanisme passé sous forme de dépôts de soufre. Passionnée de nature et de montagne, je me sens concernée par l’impact de l’homme sur son environnement. Les glaciers en sont à la fois les victimes présentes et les témoins privilégiés du passé, puisqu’ils archivent les compositions atmosphériques. J’ai voulu faire profiter aux jeunes, par l’intermédiaire des Savanturiers, de mon expédition en Antarctique afin de leur permettre de découvrir ces paysages grandioses qui font rêver. Partant du principe que l’on est plus enclin à protéger ce que l’on connaît, et ce que l’on comprend, je souhaite leur faire découvrir ce qui vaut la peine d’être préservé ! Les échanges avec mes classes sont en partie basés sur les travaux de recherche du programme APRES3 du LGGE de Grenoble.

Découvrez les chercheurs : Ivia Closset

Ivia Closset

Je suis une jeune chercheuse passionnée par les milieux polaires depuis que je suis toute petite. Je travaille en particulier sur le cycle du silicium dans l’océan Austral, mon travail s’inscrit plus généralement dans le cadre du rôle de l’océan dans la régulation du climat. Durant ma thèse, j’ai eu l’occasion de participer à la campagne océanographique KEOPS-2. Nous sommes partis 2 mois prélever des échantillons d’eau de mer et de plancton autour des îles Kerguelen afin de les ramener et de les analyser au LOCEAN, un laboratoire de chimie marine situé à Paris. A partir de ces échantillons nous tentons de prédire comment l’océan réagit au réchauffement climatique et quelles sont les conséquences de ces changements sur les écosystèmes (les courants, le plancton, les animaux… et l’homme).

Découvrez les chercheurs : Benjamin Golly

Benjamin Golly

Après des études universitaires de chimie plutôt « théorique », je me suis réorienté en Environnement avec un sujet de thèse sur l’étude de la pollution atmosphérique en vallées alpines. Passionné de grands espaces et de nature, j’ai trouvé dans ce changement un moyen d’accorder mes convictions à ma vie de tous les jours. Depuis, je réalise mes recherches dans ce domaine afin de mieux comprendre les sources de pollution et les phénomènes atmosphériques mis en jeu dans l’air que nous respirons. J’ai la chance de pouvoir partir, cette année, en Antarctique et plus exactement en Terre Adélie, afin de réaliser le suivi des programmes scientifiques de chimie atmosphérique et de glaciologie qui se déroulent actuellement là-bas. D’une curiosité sans limite, cette aventure me permet de compléter mes connaissances scientifiques en zone polaire et mon expérience tant professionnellement que personnellement. Par l’intermédiaire des « Savanturiers des Glaces », j’ai l’occasion de partager mes connaissances et mon envie de découvrir dans un cadre exceptionnel comme l’est ce grand continent blanc.

En 2015-2016, j’ai été le parrain de la classe de Catherine Boucher de la “French American International School” à San Francisco.

Catherine l’institutrice a mis en place un site avec les exposés des enfants sur la faune et la flore antarctique suite à nos échanges. Ils m’ont envoyé une lettre fin décembre avec quelques questions. Ma réponse est aussi sur leur petit site : http://padlet.com/catherineb2/a1yzpaauu1m9

Découvrez les chercheurs : Etienne Vignon

Vignon Etienne

L’Antarctique c’est le continent de tous les extrêmes, et surtout en météorologie: continent le plus froid, continent le plus sec et aussi continent avec les vents les plus forts de la planète. Quelle aubaine pour un climatologue qui veut tester la robustesse des modèles numériques (ceux qui servent à faire les prévisions climatiques et météorologiques) de les confronter aux observations des extrêmes.

Je m’appelle Etienne Vignon, et j’essaie tant bien que mal de comparer des observations météorologiques que j’ai faites (en partie bien sûr) en Antarctique avec les résultats de modèles numériques. Plus précisément je regarde comment se font les échanges de chaleur et d’humidité entre la neige et l’atmosphère. Les échanges avec mes classes sont en partie basés sur les travaux de recherche du programme APRES3 du LGGE de Grenoble.

En 2015-2016, j’ai parrainé la classe de CM1-CM2 de Séverine Forat à La Motte Saint-Jean.

J’ai eu de nombreux échanges et me suis déplacé deux fois dans la classe. Les élèves ont réalisé un pluviomètre et travaillé sur la neige.

Découvrez les chercheurs : Julien Lanshere

julien lanshere

Je suis biologiste en écologie marine. J’étudie les organismes vivant dans les océans, du plus petits au plus grands : zooplanctons, vers marins, crustacés, poissons, ainsi que leurs habitats. J’ai effectué un hivernage en Antarctique sur la base de Dumont D’Urville, en 2011-2013. J’étais le « pêcheur » de la TA62, 62e mission en Terre Adélie. De retour en métropole, je continue mon travail de biologiste sur les côtes françaises en Manche, en Mer du Nord et en Atlantique.

Pendant mon hivernage, j’ai effectué plusieurs échanges avec des classes, puis j’ai eu l’occasion de participer à l’exposition « Antarctique : une explosion de vie » avec le muséum du Havre. A cette occasion, plusieurs conférences m’ont permis de raconter et transmettre mon incroyable expérience de l’Antarctique. Les Savanturiers des glaces sont une nouvelle chance de pouvoir partager avec les plus jeunes cette aventure et peut-être inoculer de nouvelles vocations.

En 2015-2016, j’ai parrainé la classe de CP d’Isabelle, à l’école Henri Wallon à Dammarie-les-Lys.

Nous avons eu plusieurs échanges mails et téléphoniques pour discuter du projet. A partir de début Mars, Isabelle va faire découvrir les mondes polaires à sa classe via des petits films et reportages. Nous avons également échangé des photos relatant la vie sur la base et présentant les animaux de Terre Adélie. Nous allons essayer de mettre en place un échange de questions/réponses puis programmer une visite dans la classe d’ici le mois de Mai.

Découvrez les chercheurs : Pascaline Bourgain

Bourgain PacalineJe suis océanographe. Je me suis rendue en Arctique à plusieurs reprises, dans le    cadre de mes travaux de recherche en océanographie ou en tant que guide naturaliste. En 2012-2013, j’ai hiverné à bord d’un voilier sur la côte ouest du Groenland pour étudier les interactions entre océan et glaciers. A cette occasion, avec l’aide d’enseignants français et des enseignants du village groenlandais Ikerasak, j’ai mis en place un programme pédagogique pour la Science et la Culture, « Angalasut » (« expédition » en Groenlandais), dans le but de renforcer les interactions  entre scientifiques et populations. Dans ce cadre, j’ai séjourné plusieurs mois à Ikerasak pour travailler avec les jeunes du village sur des projets scientifiques et culturels, et échanger avec les chasseurs-pêcheurs sur leurs savoirs traditionnels liés aux changements de leur environnement.

En 2015-2016, j’ai été la marraine de la classe d’Aurélien Brendel, enseignant en classe de CM2 dans le 19ème à Paris.