Comparaison des glaces de l’Antarctique entre l’été austral et l’hiver austral

En géographie, nous avons étudié le climat sur la Terre et nous travaillons sur les changements climatiques avec notre projet des Savanturiers.  Du coup, nous avons travaillé sur la surface de l’Antarctique et nous avons comparé les différences de sa surface entre mars (été austral) et septembre (hiver austral). C’est un des plus grands changements qui ait lieu sur la Terre lorsque l’eau de mer se glace pendant l’hiver et étend la surface de l’Antarctique en formant une banquise.

Nous avons utilisé deux méthodes mathématiques différentes car nous travaillons sur le calcul des aires en ce moment. Par groupe de deux élèves, nous avons étudié une carte de l’Antarctique et de sa banquise en mars et en septembre. Ces cartes étaient quadrillées pour pouvoir mesure l’aire de la surface de l’Antarctique et de sa banquise. La maîtresse a reproduit les deux surfaces quadrillées au tableau et nous avons complété les affiches avec nos réponses.

feuille de travail

La première méthode: l’encadrement

Nous avons compté les carreaux pleins et les carreaux non pleins pour réaliser un encadrement de la surface de l’Arctique. Par exemple, l’aire de l’Antarctique en mars et comprise entre 9 carreaux et 29 carreaux. Une unité (un carreau) correspond à 1.000.000 de km². Nous avons cependant tous trouvé que cette méthode n’était pas très précise.

Antarctique mars

La deuxième méthode : nous avons imaginé une autre méthode et nous avons compensé les bouts de surface de chaque carreau non plein pour former des carreaux entiers.

Nous avons trouvé qu’en mars, la surface totale de l’Antarctique était égale à environ 19 unités soit environ 19.000.000 km² et en septembre environ 31 unités, soit 31.000.000 km² environ.

Antarctique mars compensationAntarctique septembre

En conclusion, nous pouvons dire que nos méthodes ne nous donnent pas un résultat très précis mais nous nous sommes bien approchés de la réalité et nous sommes contents de notre travail d’apprentis géographes!

Une question nous reste à résoudre : la surface de l’Antarctique en septembre diminue-t-elle de plus en plus chaque année à cause du réchauffement climatique?

La fonte des Glaces : nos premières expériences

Expérience 1 : Pourquoi les glaces fondent-elles ? Et pourquoi cette fonte entraîne-t-elle la montée du niveau de la mer?

Dans un premier temps, nous avons étudié plusieurs documents différents et nous avons mis en commun nos hypothèses.

Nous avons remarqué dans le document sur l’évolution des courbes de températures annuelles moyennes dans l’hémisphère nord (entre 1880 et 2012) que les températures étaient de plus en plus élevées. Un graphique sur la température moyenne annuelle en France nous a permis de voir que c’était également le cas en France.

hemisphère-nord-temperature-18803676-43

Nous avons par ailleurs comparé la taille de la banquise entre 1972 et 2009 et nous avons pu remarquer que sa superficie avait beaucoup diminué.

superficie-minimale-banquise-polaire-3

Plusieurs photos de glaciers continentaux pris à plusieurs années d’intervalle, en France, en Alaska et en Argentine nous ont permis de voir que ces glaciers avaient considérablement fondu.

Glaciers-01 Glaciers-08 mer-de-glace-7

Nous en avons donc conclu qu’à cause du réchauffement climatique et l’augmentation des températures, les glaciers continentaux mais aussi la banquise fondaient.

Une question restait à résoudre : est-ce que sont les glaciers continentaux ou la banquise qui font monter le niveau des océans ?

Notre hypothèse de classe avant l’expérience : presque tous les élèves pensent que c’est la banquise qui fait monter les océans car elle est beaucoup plus grande que les glaciers sur les continents ! Il a donc fallu vérifier par une expérience.

Nous avons travaillé en groupes pour imaginer notre expérience et finalement nous avons retenu les expériences suivantes. Dans un récipient, nous avons mis un gros morceau de glaçon. D’un côté sur une « montagne » pour représenter le continent et d’un autre directement dans l’eau (comme la banquise du Pôle Nord). Nous avons noté le niveau avant que nos glaçons fondent (assez rapide d’ailleurs car sur nos photos, ils sont déjà tout petits). Voici les photos :

IMG_1724

IMG_1726

IMG_1727IMG_1728

IMG_1729IMG_1731IMG_1737

NOTRE CONCLUSION : 

En fait, toute la classe a été surprise !! Les récipients dans lesquels l’eau est (un peu) montée, sont les récipients dans lesquels le glaçon était posé sur une « montagne » qui représentait un continent. Les glaçons qui étaient directement dans l’eau n’ont pas du tout fait monter le niveau de l’eau contrairement à ce qu’on pensait au début de l’expérience !

En conclusion, nous pensons donc maintenant que c’est la fonte des glaciers continentaux qui provoque la montée du niveau des océans et non pas la fonte de la banquise du Pôle Nord. En fait, nous avons compris ensuite que cette banquise était en fait constituée d’eau de mer et que la masse qu’elle prenait en gelant et en dégelant ne changeait pas le niveau de la mer.

Nos questions scientifiques

En classe, nous avons regardé les vidéos en ligne « Des pionniers de la Glaciologie aux changements climatiques ». Nous avons adoré suivre les aventures de Claure Lorius et découvrir ce qui se passait au Pôle Sud.

Suite à ces séances, nous avons également consulté les livrets du site et plusieurs questions scientifiques se sont posées :

– Qu’est ce qui cause l’augmentation des températures sur la Terre? Quelles sont les conséquences?

– Qu’est-ce qui cause la fonte des glaces ? – Pourquoi la fonte des glaces entraîne-t-elle la montée du niveau de la mer ?

– Qu’est ce qu’une carotte de glace? D’où vient la pollution et comment peut-on l’analyser à travers la glace du Pôle Sud?

– Qu’est ce que l’effet de serre?

Nous avons également des questions sur l’environnement dans ces régions (hommes, faune et flore) :

– Comment les hommes peuvent-ils vivre avec ces températures et ce climat si froid ?

– Quels sont les animaux qui vivent au pôle nord et au pôle sud ? Sont-ils les mêmes ? Comment survivent-ils avec des températures si basses? Quelles sont leurs caractéristiques? Que mangent-ils?

– Y’a t-il des habitants au pôle nord et au pôle sud ? Comment les hommes s’adaptent-ils à ce climat?

Nous allons tenter de répondre à toutes ces questions dans les prochaines semaines. Certaines questions nous permettront également de reproduire ou d’imaginer des expériences scientifiques dans notre classe ! Nous avons hâte de vous présenter nos recherches.

Notre correspondance avec notre parrain

Notre parrain s’appelle Bruno Jourdain. Il était en Antarctique récemment et a répondu à de nombreuses questions que nous avions au début du projet. En effet, nous ne connaissions personne, jusqu’à présent, qui était allé en Antarctique. Nous ne savions même pas comment on s’y rendait !

Voici les questions que nous lui avons posées :

– Comment les scientifiques se nourrissent-ils en Antarctique ?

– Combien d’années d’études faut-il pour devenir glaciologue?

– Pendant l’été, la glace fond-elle au pôle sud?

– Quels moyens de transport utilise-t-on-pour y aller?

– As-tu eu des problèmes lorsque tu as parcouru les terres ou les mers avec les tempêtes, les vents, les icebergs… ?

– Fait-il trop froid pour que les avions atterrissent?

– Pourquoi es-tu passionné par les glaces?

– Quelle température fait-il en ce moment ?

– Y-a-t-il des gens qui vivent là-bas toute leur vie, des populations?

En plus de ses réponses, il nous a envoyé ces magnifiques photos que voici.

:bateau casey 2014_0216_1_1 (1) Dôme C 2014-2015_1213_1 (1)

 

 

École Maryse Hilsz – Présentation de notre classe

École Maryse Hilsz.

Bonjour,

Nous sommes 22 élèves en classe de CM2. Notre école est située dans le 20ème arrondissement de Paris. Nous participons au projet Savanturiers des Glaces cette année et nous avons prévu de réaliser pleins d’expériences et de recherches sur les pôles. En plus des Sciences, notre projet nous permet d’élargir nos connaissances en géographie (sur le climat par exemple) mais aussi en mathématiques (nous allons travailler sur les distances et les aires). En littérature, nous avons lu l’histoire d’AKAVAK de James Houston et nous avons adoré suivre les aventures de ce personnage qui fait partie du peuple des Inuits.

Nous vous présenterons au fur et à mesure de nos expériences scientifiques et nos différents travaux sur le blog.

A bientôt !