Découvrez les chercheurs : Karine Heerah

Karine Heerah

Je suis spécialiste de l’écologie des mammifères et oiseaux marins en Antarctique. Plus particulièrement, je m’intéresse à « l’écologie alimentaire » de ces espèces. Et pourquoi ça ? Pour survivre et se reproduire les animaux doivent trouver la nourriture adéquate à leurs besoins dans un environnement particulièrement extrême. Mon travail est donc de comprendre quelles sont les zones qui sont les plus favorables pour les animaux. Par exemple, où vont-ils ? Est-ce que c’est une zone profonde ? Quelles y sont les conditions de glace ? Que mangent-ils dans ce coin-là ? Une fois que j’ai accès à ces données, je peux aussi essayer de prédire comment les changements climatiques impacteront les individus et l’espèce concernée. La recherche c’est pour moi un métier où je peux apprendre tous les jours en me posant pleins de questions et en essayant de trouver les réponses. J’aime aussi le fait de beaucoup voyager et bien sûr d’aller en Antarctique pour voir mes animaux fétiches !

Mon rêve de biologie marine et de pôles a commencé pour ne plus s’arrêter en classe de CM2. Participer à l’aventure des savanturiers des glaces c’est pour moi l’occasion de pouvoir partager une passion, des connaissances avec les plus jeunes qui sont la génération de demain. Et pourquoi pas… nourrir ou aider à créer d’autres rêves et vocations !

En 2015-2016, j’ai été la marraine de la classe de CM1-CM2 de Soledad Maessian de l’école primaire de Burie.

J’ai échangé avec Soledad par mail et nous avons pu organisé un Skype en Décembre afin de discuter de ce sur quoi nous pourrions travailler sachant que je suis biologiste et l’intérêt de ses élèves. J’ai envoyé une présentation aux élèves afin de me présenter mais je n’ai pas eu de contact direct avec eux. Nous pensions, étudier l’impact de changements des conditions de glace sur une ou plusieurs espèces d’oiseaux/mammifères marins à Dumont D’Urville. J’ai proposé à Soledad plusieurs approches, outils bibliographiques, expériences et rendus possibles.

Des modélisations pour comprendre la vie du manchot empereur.

Pour comprendre comment vivent les manchots empereurs, nous avons tenté plusieurs expériences de modélisation dans la cour.

Nous avons essayé de nous mettre à la place de la femelle qui apporte son œuf au mâle. Cela s’appelle une modélisation. Ce n’est pas facile !

photo1

Une fois qu’elle a pondu son œuf, la femelle doit l’apporter au mâle.

Attention : la femelle peut perdre l’œuf ou le casser. Une fois que l’œuf est arrivé au mâle, il le met sous un repli de peau qu’il a entre les pattes.

vidéo

Ensuite la femelle part se nourrir, mais de nombreux dangers la guettent :  elle peut se faire manger par un animal terrestre ou par un animal marin.

Si elle doit parcourir une trop grande distance, elle met trop de temps à revenir.

Nous avons tenté une modélisation : des élèves partent chercher du sable pour le rapporter à leur binôme. Certains doivent aller le chercher bien plus loin. Qui remplira son pot le premier ?

 

Quand l’œuf éclot la femelle retrouve le mâle grâce à un  cri particulier et quand la femelle a retrouvé son  mâle, ils échangent leurs rôles.

Pour se réchauffer  les manchot font la tortue. Ils se rassemblent tous et se collent les uns contre les autres. Lorsque les manchots qui se trouvent au centre se sont bien réchauffés, ils se placent à l’extérieur à leur tour.

photo2

 

Lola, Myriam, Léa et Robin