Les chenilles !

Lorsque j’étais venue, nous avions parlé de chenilles. Voici un petit complément.

Ce que l’on appelle chenille correspond aux larves des lépidoptères, c’est à dire les papillons. Comme vous devez le savoir, les papillons ne naissent pas sous la forme que l’on voit voleter : ils sont d’abord sous une forme chenille. C’est ce que nous avons vu sur le tronc du chêne au jardin : des chenilles de processionnaires du pin, qui formeront après métamorphose un papillon. Le papillon, stade adulte, est aussi appelé imago. Chez un lépidoptère il y a donc : un œuf, dont sort la chenille (larve), qui forme une chrysalide (ou nymphe) pour sa métamorphose, qui résulte en un imago (adulte).

Selon les espèces, on connaît plutôt la chenille ou l’imago : chez les processionnaires, la chenille est très impressionnant mais l’imago pas vraiment. Le Bombyx mori (ver à soie) est une espèce dont la chenille est aussi relativement bien connue : elle été utilisée pour faire de la soie à partir du cocon que tisse la chenille pour sa métamorphose. En revanche, pour beaucoup d’autres papillon, on se rappelle surtout de l’imago : piérides, vulcain, belle-dame …

pieride

Piéride

Ces chenilles sont les « vraies » chenilles. Mais il y en a d’autres : les fausses-chenilles (on les appelle vraiment ainsi). Celles-ci sont aussi des larves (comme les chenilles des papillons), mais des larves d’hyménoptères (plus précisément des hyménoptères qu’on appelle tenthrèdes).

tenthrede

Adulte de tenthrède

Je vous avais dit qu’il fallait faire attention aux pattes entre les vraies et les fausses chenilles … mais je ne me souvenais plus exactement du nombre. Voici donc cette information : les fausses-chenilles ont de six à neuf paires de fausses pattes et les chenilles de papillons ont moins de six paires de fausses pattes. Attention, on parle bien de fausses pattes ! Les insectes, comme vous le savez, ont tous trois paires de pattes.

Caterpillar_morphology.svg

Chenille de papillon. 1 : tête ; 2 : thorax ; 3 : abdomen ; 4 : un segment ; 5 : corne ; 6 : fausses pattes ; 7 : orifice respiratoire ; 8 : vraie patte ; 9 : bouche (source : wikipédia).

Et ces pattes ont une autre particularité : elles sont toutes fixées vers l’avant de l’animal, sur une partie qu’on appelle le thorax. Tout insecte est composé d’une tête, d’un thorax et d’un abdomen et les pattes sont donc sur cette deuxième partie, le thorax.

1280px-Chenille_de_Grand_porte_queue_(macaon)_Fausses_pattes

Chenille du papillon Machaon et zoom sur les fausses-pattes (source : wikipédia).

Cependant, les chenilles (vraies ou fausses) n’ont pas que les trois paires de pattes à l’avant du corps : elles en ont aussi le long du corps mais un peu différentes. Ces fausses-pattes possèdent quelques muscles et servent donc à la locomotion mais elles n’ont pas la même structure que les vraies pattes. Elles disparaîtront lors de la métamorphose.

Les photos pendant ma visite

Bonjour à toutes et à tous !

Pardon pour le temps que j’ai pris pour vous faire ce message. J’ai trié les photos prises pendant notre sortie et les voici.

Sur les blettes, nous avons vu deux syrphes (ordre des diptères, famille des syrphidae) qui s’accouplent.

syrphes

Sur le tronc du chêne nous avons vu des chenilles processionnaires (du chêne) (ordre de lépidoptères, famille des notodontidae, espèce : Thaumetopoea processionea).

Processionnaires

Sur le rumex, nous avons vu un opilion (attention, ce n’est pas un insecte mais une araignée … je vous le mets quand même puisqu’il était là) et une punaise (ordre de hémiptères).

Autour des coquelicots, nous avons vu un bourdon terrestre (ordre des hyménoptères, famille des apidae, espèce : Bombus terrestris), une éristale (ordre des diptères, famille des syrphidae) et des nitidules (ordre des coléoptères, famille des nitidulae).

Sur le fenouil, nous avons vu un bourdon terrestre un peu mal en point (ordre des hyménoptères, famille des apidae, espèce : Bombus terrestris), un dermeste (ordre des coléoptères, famille des dermestidae), une mouche de la famille des empididae (ordre des diptères), un graphosome (ordre des hémiptères, famille des pentatomidae), un longicorne (ordre des coléoptères), une autre mouche avec des reflets métalliques (ordre des diptères) et une mouche de la famille des tachinaires (ordre des diptères, famille des tachinaires).

Sur la camomille, nous avons vu une abeille solitaire (ordre des hyménoptère, famille des halictes), une éristale (ordre des diptères, famille des syrphidae), un oedemère noble (ordre de hémiptères, famille des oedemeridae, espèce : Oedemera nobilis), un oedemère vert (ordre de hémiptères, famille des oedemeridae) et un syrphe porte-plume (ordre des diptères, famille des syrphidae, espèce : Sphaerophoria scripta).

 

Sur les orties, nous avons vu une punaise (ordre des hémiptères).

Punaise

Sur les poacées, nous avons vu une mouche (ordre des diptères).

Diptere

Sur le bouton d’or, nous avons vu un cephidé (ordre des hyménoptères, famille des céphidae), un oedemère vert (ordre des hémiptères, famille des oedemeridae) et un syrphe porte-plume (ordre des diptères, famille des syrphidae, espèce : Sphaerophoria scripta).

La visite de Marine!

Hier, nous avons eu la chance de rencontrer Marine qui est venue à Châteaugiron!

Le matin, après la visite d’Abel, elle nous a expliqué plein de choses: (notes prises à nouveau par quatre secrétaires grâce à un framapad)

20180607_110039.jpg

– avant, elle travaillait sur les chevaux  et sur les chimpanzés
– chaque insecte a un rôle dans la biodiversité et son écosystème:
– dans les noms scientifiques comme les diptères il y a toujours « ptère » car c’est comme

 les ptérodactiles .

« ptère » ça veut dire  « aile »: coléo ptère ,di ptère , hymeno ptère , hemi ptère
– Les insectes s’adaptent à leurs environnements ; les phalènes du bouleau se camouflent pour se cacher et le syrphe se camoufle pour ressembler aux guêpes.

Il y a donc deux types de camouflage: quand on ressemble à un prédateur

ou avec la couleur pour se cacher.
– nous lui avons montré nos photos : elle nous a expliqué ce que c’était un myriapode.  Les lieux où on trouve le  plus 
de myriapodes sont les endroits sombres . Le mille-pattes fait partie de la famille des myriapodes.
– il y a plus 1 000 000 espèces  d’insectes connues.
– les coccinelle mangent les pucerons . Pour reconnaître des espèces de coccinelles il y en a avec plus ou moins de points.
– il y a une espèce de mouche qui a un espèce de dard pour creuser un nid pour leurs larves.
– beaucoup de chenilles sont de la famille des papillons et d’ autres  restent chenille toute leur vie.
– les insectes nous piquent  pour se défendre sauf les moustiques qui piquent pour se nourrir.
 
Marine nous a dit que comme les hommes depuis le cro-magnon il y a eu une évolution pour les insectes. C’est pareil,  10 000 ans en arrière,  on ne sait pas ce qui c’est passé donc on émet beaucoup d’hypothèses.
– Pour différencier les papillons de nuit et les papillons de jour elle nous a dit que quand les papillons de nuit ne volent pas leurs ailes sont en toit et les papillons de jour ont les ailes plates.
Et en plus, elle nous a apporté des cadeaux! Entre autre un livre qui nous permet d’identifier les plantes. Merci Marine!
 L’après-midi, Marine nous a accompagnés dans notre sortie aux jardins collectifs pour identifier les insectes présents.
20180607_153916
 

20180607_153013

La visite d’Abel Jabry: apiculteur.

Pour écrire cet article, quatre d’entre nous ont pris des notes pendant la visite avec un framapad. Les élèves avaient pour consigne de ne pas se répéter. Le framapad a été repris pour rédiger l’article sans trop de modifications. Bravo les secrétaires!

20180607_092613

D’autres élèves prenaient des notes à la main sur leur cahier de recherche.
20180607_093558
Nous avons rencontré un apiculteur, Abel.
Il nous a dit qu’il y a au moins 20 000 espèces d’abeilles dans le monde
et environ 1000 espèces d’abeilles en France.
Dans une ruche il y a :
– un faux bourdon (mâle) qui ne pique pas,
– la reine qui ne pique que si elle se sent agressée
– et les ouvrières qui piquent comme la reine.
Il faut mettre un point de couleur sur la reine pour la reconnaître.
Tous les ans cela change de couleur.  Mettre une couleur est très délicat car il ne faut pas blesser l’abeille. Si l’abeille pique, après elle meure.
L’abeille reine mange de la gelée royale.
L’abeille peut porter jusqu’à son poids  pendant sept kilomètres.
Le miel est un mélange de nectar, de pollen et d’eau.
Abel nourrit les abeilles en leur donnant un sirop quand il faut.
Il nous a montré un habit pour se protéger:  une vareus. 
20180607_093156.jpg
Si on veut  nourrir une abeille il faut lui donner du miel froid  de sa propre ruche pour éviter  d’ échanger des microbes.
Les ouvrières chassent le mâle de la reine à la fin de l’été car elles n’ont plus besoin de lui .
La reine  peut vivre entre 3 à 5 ans.
La guêpe fait la même chose que les abeilles mais  elle le fait différemment.
Un frelon européen peut  mesurer entre 3 et 6 cm alors que le frelon asiatique peut mesurer 2 à 4 cm. 
Les abeilles  sont mangées par les frelons asiatiques
 
L’abeille peut pondre plus de 20 000 d’oeufs.
Il nous a dit comment enlever le dard d’une abeille : nous ne devons surtout pas frotter le dard car sinon on va rajouter encore plus de venin qui vient de la poche qui est dans le dard. Quand on se fait piquer il faut enlever un dard avec une feuille ou une règle.
Dès qu’on se fait piquer l’abeille meurt.
Lors du butinage des fleurs, l’abeille récolte les grain de pollen .
Pour récupérer le miel lors de la fabrication il faut mettre des sortes de cadres avec des alvéoles. 
20180607_092502.jpg
Abel ne récupère pas tout le miel. il en laisse pour les abeilles.
Il veut les protéger, il fait ça comme un loisir.
Il utilise de la fumée pour les  rendre moins agressives
Dans un essaim il y a jusqu’à 30 000 abeilles.
Il y a un film que l’on pourrait voir:  « l’homme et l’abeille »
Quand elles n’ont pas de ruches elles vivent dans la nature, dans les cheminées. 
Le miel est sorti des cadres à l’aide d’une machine (l’extracteur )
Les ouvrières vivent entre cinq et sept semaines alors que la reine peut vivre entre trois et cinq ans .
L’oeuf de l’abeille subit plusieurs étapes avant d’éclore : pendant cinq jours on les nourrit à base de gelée royale , mais l’oeuf qui est choisi pour
devenir reine est encore nourri de gelée royale pendant encore sept jours .
Après l’oeuf grossit, et au bout de 21 jours ( pour les ouvrières), l’oeuf éclot.
Pour les frelons , c’est que la fondatrice ( celle qui construit le nid )  qui construit le nid , elle le construit toute seule pendant 16 jours .
Quand on tue une abeille , le sang qui est dégagé attire les autres abeilles.
La ruche pèse entre 40 et 65 Kg .
Dans une ruche il y a entre 35 000 et 60 000 abeilles .
La ruche est construite en parties : la planche d’envol, le plancher , le corps la hausse , le couvre cadre et je n ‘ai pas vu le reste !
Et pour finir  on a goûté du miel!
Le  MIEL ÉTAIT TROP BON !!!!!!!!! Merci Abel!!!
20180607_101608.jpg

Belles observations :-)

Bonjour à tous !

Merci beaucoup pour toutes ces photos, vous avez pu observer beaucoup d’insectes, c’est super ! C’est une très bonne idée d’avoir testé le protocole. En fait, c’est aussi quelque chose que je fais et que scientifique fait après avoir élaboré un protocole. On le teste et si jamais on s’aperçoit que quelque chose n’est pas au point ou ne fonctionne pas, on change. Comme ça, on est tout à fait près le jour J.

Le tableau prévu pour le relevé est aussi une bonne idée. Je pourrais vous montrer les tableaux que j’ai utilisé pour mes relevés si vous voulez (certains couvrent plus d’information, d’autres sont presque pareil). N’hésitez pas à le modifier si jamais vous vous apercevez qu’il faudrait d’autres informations. J’ai d’ailleurs une petite suggestion : pour les insectes la météo est importante. Vous voyez sans doute rarement un bourdon se balader sous la pluie … il n’apprécie pas. C’est un avantage pour nous, puisqu’on sait qu’on ne devra pas faire des relevés sous la pluie 😉 Pour vos relevés, vous pouvez notez, en gros, le temps qu’il faisait : s’il y avait du soleil, de l’ombre, s’il faisait très chaud ou pas … S’il fait vraiment très chaud, il est aussi possible que les insectes préfèrent se cacher.

Comme vous l’avez dit, il est important d’être précis dans vos observations. Savez-vous combien d’espèces différentes d’insectes existent dans le monde ? Je vous donne la réponse quelques lignes plus loin pour vous laissez le temps d’y penser …

Parmi les caractéristiques qui peuvent aider à distinguer un insecte d’un autre il y a la couleur, la forme des yeux, si le corps est allongé ou non, si les ailes sont colorées ou non. Ce sont des petites informations que vous pouvez ajouter … si vous avez le temps de voir tout cela bien sûr, car ces insectes sont parfois bien rapides !

Voici aussi des photos de cinq grands groupes d’insectes (on appelle ces groupes des ordres) qu’on voit très souvent sur les fleurs.

Voici d’abord deux mouches (en langage plus scientifique, des diptères) : elles ont deux ailes et de gros yeux. (à gauche c’est une Lucilia, et à droite c’est un syrphe)

Voici maintenant deux abeilles (hyménoptères). Elles sont des yeux fins, plutôt allongés et 4 ailes (deux paires, mais on ne les voit pas bien sur les photos). On peut aussi parfois voir le pollen qu’elles récoltent sur leur corps (je crois qu’on en voit sur une de vos photos : la petite abeille dans le récipient en pastique a du jaune sur les pattes). (à gauche, c’est une abeille cotonnière et à droite une Nomada).

Voici maintenant deux punaises (hémiptères). Les paires d’ailes des punaises sont de deux sortes : une paires plutôt solide, placée sur le dessus, qui protège la paire d’aile plutôt souple, placée au dessous. Cependant, la paire d’aile solide ne couvre pas toute les ailes souples, voir même ne couvre pas grand chose. Sur la photo de gauche (vous aurez reconnu un gendarme !), toute la partie noire à l’arrière du corps constitue les ailes souples et elles ne sont pas protégées. Sur l’autre photo (c’est un pentatome rayé), les ailes s’en tirent mieux mais elles dépassent quand même vers l’arrière.

Enfin, voici deux coléoptères. Ici, les ailes souples sont bien protégées par la paire d’aile plus dure du dessus. Bon, comme d’habitude, ce n’est jamais facile, celui de gauche laisse un peu dépasser ses ailes souples … mais c’est bien un coléoptère ! (à gauche, un oedemère et à droite, un coptosome).

Enfin, ceux-là je pense que vous les connaissez bien : les papillons (lépidoptères). Ici, j’ai mis un papillon de nuit (à gauche, c’est une adèle) et un papillon de jour (à droite, c’est un citron). Malgré leur nom, certains papillons de nuit se baladent aussi le jour (et inversement).

Il existe d’autres ordres d’insectes mais ces cinq là sont ceux que vous aurez le plus de chances de voir en observant à l’extérieur. Si vous arrivez à les différencier, cela vous donne la possibilité de noter si vous avez plutôt vu des mouches ou des punaises à un endroit et combien de punaises différents vous avez vu, par exemple.

Alors, quels sont les insectes que vous avez observé ?

Et en regardent ces photos, vous devriez aussi pouvoir deviner quelles sont les caractéristiques communes à tous les insectes !

Réponse à la question « Combien y a-t-il d’espèces d’insectes ? » : dans le monde, il y en aurait un million, peut-être plus ! On sait qu’on ne les a pas toutes découvertes. Chaque année, de nouvelles espèces d’insectes sont décrites (le plus souvent elles vivent dans des endroits peu facilement accessibles, comme la forêt amazonienne. Il est peu probable qu’on en décrive une nouvelle en France). En France, il y a environ 35 200 espèces d’insectes. Et pour 85% d’entre eux, ce sont (dans l’ordre d’importance en nombre) des coléoptères, diptères, hyménoptères, lépidoptères et hémiptères ! (un petit schéma sur cette page)

Bonnes observations !

Première sortie sur le terrain pour tester notre tableau d’observation et notre protocole

Voilà le tableau utilisé aujourd’hui dans l’espace vert derrière notre école. tableau-protocole observation

Voilà les quelques insectes que nous avons pu prendre en photo:

À des endroits différents:

Et voilà nos quelques tableaux remplis. Notre directrice est venue nous apporter des informations complémentaires en fin d’après-midi. Nous retenons que nous devrons être beaucoup plus précis dans nos dessins et dans nos descriptions.

20180531_18175220180531_18180220180531_18181520180531_18182020180531_18182720180531_18183220180531_18184920180531_181859